Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 juillet 2009 5 31 /07 /juillet /2009 17:00
"div>


La valse des mouches !

 

Avez-vous constaté la multiplication et le caractère hargneux de ce petit insecte  cette année ?

Un dynamisme que l’on ne connaissait pas l’an dernier !

Sûrement une raison climatique ?

Les températures ?

La sécheresse ?

L’alternance de coups de chaleur et de fraicheur ?

 

Si je crois l’encyclopédie du monde animal,  la « musca domestica »  hante nos maisons. Il lui «  revient la palme du  plus envahissant, du plus assidu, du plus insupportable des insectes,  sous tous les climats, sous toutes les latitudes, depuis des temps immémoriaux »

Elle ajoute « au printemps et à l’automne  suivant les conditions climatiques, on peut voir se succéder de 7 à 10 générations  composées d’un nombre d’individus  croissant  en proportion géométrique »

Mais quelles conditions climatiques ?  En été ?

 

Pour une fois ma réponse n’a rien de scientifique, je propose de vous chanter

  «  La valse des mouches »

« La valse amusante que l’on chante en chœur » introduite par un texte «  à dire avant la chanson »

Une mélodie de l’entre deux Guerres de :

G. Roger pour les paroles

J. Dorin et A. Roger  pour la musique

Autrefois interprétée par mon père….

Une façon de se défouler en chantant contre ce petit insecte

Alors comme moi, faites la mouche !

 

Gérard Staron

Partager cet article
Repost0
20 juillet 2009 1 20 /07 /juillet /2009 16:56

mirge_playlist sélectionnée dans Musique et Variété / Chanson

 


« Ca s’est passé un Dimanche »

Paroles de Jean Boyer

Musique de Georges Van Parys

Création Maurice Chevalier

 

Cette chanson très connue de l’entre-deux guerres apaisera-t-elle les débats parlementaires qui s’échinent sur la Loi du travail du Dimanche ?

Depuis la révolution française et la loi de 1793 qui enlève  son rôle au jour du seigneur, la France a connu moult mélodrames sur le sujet en particulier en juillet :

--La Loi du 18 novembre 1814 sous la Restauration, Louis XVIII, interdit le travail de certaines professions le Dimanche

--La Loi du 12 juillet  1880, à l’instigation des républicains qui viennent d’arriver au pouvoir,  abroge la précédente et rend le travail dominical possible à la condition de donner un jour par semaine de repos

-- La Loi du 13 juillet 1906 rétablit le repos du Dimanche

-- Décidément, c’est souvent en juillet !

 

Au-delà de l’intrigue amoureuse, d’une conception de la famille assez dégradée d’une atmosphère franchouillarde de divertissement populaire, la chanson évoque l’atmosphère des guinguettes et des lieux de promenades que l’on trouvait à quelques encablures des villes à une époque où les automobiles peu nombreuses ne permettaient pas encore des déplacements massifs vers des lieux touristiques plus lointains pour le plus grand nombre.

 

Surtout  on trouve à la fin du second couplet une allusion historique intéressante « Puisqu’il faut des soldats sur la ligne Maginot, c’est pas le moment que tu flanches ». Elle évoque un climat international très tendu à la veille de la seconde guerre mondiale avec  les agressions des puissances totalitaires et deux faiblesses de la France en partie à l’origine de sa débâcle de mai-juin 1940.

Sa faible natalité.

 Cette dernière a baissé plus rapidement que dans les autres puissances européennes depuis le XIXème siècle. Le contraste est très fort après 1936 entre une France où les décès sont plus nombreux que les naissances pour la première fois en temps de paix et une Allemagne en pleine politique nataliste hitlérienne

Sa stratégie militaire avec la ligne Maginot.

 Exclusivement défensive, elle ne permettra pas de faire face aux forces d’attaques mobiles des blindés soutenus par l’aviation descendant en piqué.

 

  Gérard Staron

Partager cet article
Repost0
23 avril 2009 4 23 /04 /avril /2009 15:54

La vilaine






Avec « La Vilaine », je vous interprète une chanson historico-hydrologique puisque Théodore Botrel et E Feautrier nous content d’une façon légendaire la façon dont le principal fleuve de la Bretagne  a été nommé.

 

La Vilaine nait  dans l’ouest du département de la Mayenne et suit un cours est-ouest  jusqu’au centre du bassin de Rennes où elle prend une orientation méridienne. Elle reçoit de part et d’autre ses affluents principaux , la Meu et l’Oust  du côté Bretagne,  la Seiche et le Don

Faut-il croire la légende de T. Botrel, barde breton de la fin du XXIème et du début du XXème siècle ?  Une source née du chagrin d’une jeune fille vilaine, repoussée par le fils du seigneur,  à l’époque de la reine Anne.

Un tel nom de rivière peut surprendre.

Faut-il voir une allusion à cette dernière duchesse de Bretagne, puis reine de France qui était chétive et boiteuse, à son mariage mouvementé avec le Roi, Charles VIII, après que ses armées soient venues l’assiéger dans Rennes en août 1491 ? Mais elle n’est pas née près de Vitré comme l’indique la chanson !

La Vilaine est-elle nommée ainsi car elle ne prenait pas sa source dans le duché de Bretagne mais au Royaume de France sur les collines du Maine ? Les Révolutionnaires de 1790 en l‘associant avec l’Ille, ont  par contre fait du département résultant une anomalie phonétique !

Faut-il voir dans ce nom une allusion à des crues très dévastatrices ? A l’époque de la composition de la chanson, il n’existait pas de mesures de débits sur la Vilaine. Les principales inondations récentes janvier 1995 et février 1930 se déroulent en hiver et affectent surtout la ville de Redon en aval alors que la chanson nous amène à l’amont.

Cette dénomination provient-elle  du nom donné aux paysans au Moyen âge « les Vilains ».  La rivière traverse les régions agricoles fertiles intérieures de la Bretagne en particulier le bassin tertiaire de Rennes.

Faites votre choix.

 

Cette chanson fournit une occasion d’associer la nature des fleuves aux traditions et légendes d’une région, une façon de vous inciter à jeter un petit coup d’œil sur le site  http://www.nature-et-traditions.com dans un autre domaine, avec une localisation géographique très proche. La ville de Mayenne dans le département et sur l’amont de la rivière du même nom,  correspond au bassin versant voisin des sources de la Vilaine.

 

Gérard Staron

 

 



Partager cet article
Repost0
30 mars 2009 1 30 /03 /mars /2009 18:30

La chanson que je vous interprète aujourd’hui  a de quoi surprendre. !

Intitulée « Liberté Egalité Fraternité » on pourrait  la croire  écrite par quelques révolutionnaires à la gloire de la République. Non, ses auteurs sont deux religieux  Frère Louis  pour les paroles, et Frère Adrien pour la musique, aux moments des heures les plus dures du conflit entre l’Eglise et l’Etat sous la Troisième République. Le sous titre est sans équivoque « Chant patriotique et catholique ». La partition trouvée en fouillant dans mes archives familiales, semble d’origine régionale puisqu’elle a été imprimée à Saint Etienne,  40 rue de Lyon … seule mention qui permet de la localiser !

Cette chanson revendique les valeurs de Liberté, Egalité et Fraternité comme étant chrétiennes. Le contexte historique permet de comprendre une devise utilisée à contre-emploi. Les catholiques revendiquent la liberté, l’égalité  à  une époque où l’église subit les attaques de la « Franc-maçonnerie » appelée ici « la secte » et de la coalition radicale socialiste au pouvoir depuis 1899.

 

 Au travers des diverses allusions de nature historique, la chanson  dénonce  les discriminations subies par les religieux lors de l’application de la Loi sur les Associations de 1901. Seules les quelques congrégations mentionnées expressément dans le Concordat de 1801 signé par Bonaparte et le Pape Pie VII  sont autorisées, toutes les autres sont refusées. Le ministère Radical-socialiste  dirigé par Emile Combes expulse donc du territoire national une vingtaine de milliers de religieux pourtant de nationalité française. Dans une photo de nombreux manuels d’histoire,  les moines de la Grande Chartreuse sont conduits encadrés par les gendarmes jusqu’à la frontière espagnole. Le clergé régulier expulsé reviendra majoritairement à la fin de la guerre  1914-1918.

 

 Le document n’est pas daté comme la plupart des partitions anciennes, mais on peut le situer au pire moment de la crise entre 1902 et 1904, bien avant la Loi de séparation de l’Eglise et de l’Etat de 1905 sous le ministère Rouvier et des inventaires qui ont suivi en 1906 sous le ministère Clémenceau.

 

Il est possible de trouver quelques églises qui portent  des mentions « Liberté, Egalité et Fraternité » comme sur le tympan du portail de la cathédrale d’Elne dans les Pyrénées orientales, mais ces bâtiments, devenus biens nationaux sous la Révolution ont été utilisés ensuite pour diverses fonctions par l’état ce qui explique cette mention. Par contre cette revendication de la devise de la République par les catholiques à un  moment tendu de l’histoire religieuse de notre pays fait de cette chanson un document historique  tout à fait exceptionnel !

 

Gérard Staron

Partager cet article
Repost0
13 mars 2009 5 13 /03 /mars /2009 18:16

« Comme autrefois » air dans lequel vous m’entendez aujourd’hui  est un extrait de l’opérette « Les trois valses » crée en 1936 avec des musiques composées par l’ensemble des Strauss ?

L’œuvre est censée se dérouler pendant 3 générations successives de femmes de spectacles à Paris :

---   La première sous le second Empire avec des reprises d’airs de Johann Strauss père au 1er acte.

---  La seconde à la belle époque avec des musiques de Johann Strauss fils au 2ème acte.

---  La troisième  dans les années trente avec une composition d’Oscar Straus , le seul à ne pas faire vraiment partie de la famille avec un seul « S » contre deux pour les vrais Strauss de la grande époque de Vienne.

 

« Comme Autrefois » se plaint déjà de l’attitude de le jeunesse de l’époque.  L’histoire a accumulé bien avant des plaintes du même ordre. Parmi le concert on trouve …

---  « Cette jeunesse est pourrie. Depuis le fond du cœur les jeunes gens sont malfaisants et paresseux, ils ne seront jamais comme la jeunesse d’autrefois » Poterie de Babylone (3000 ans avant J.C.)

---  « Je n’ai plus aucun espoir pour l’avenir de notre pays si la jeunesse d’aujourd’hui prend le commandement demain » Hésiode (6ème siècle av J.C.)

---  « Autrefois ils apprenaient le respect. Aujourd’hui il n’y a plus de valeurs reconnues » Aristophane (5ème et 4ème siècle avant J.C.)

---  « Indiscipline des étudiants pour les maîtres. Ils n’ont plus de respect. Ils empêchent les cours de se dérouler » Saint Augustin, les Confessions 4ème siècle après J.C.)

La liste pourrait être allongée….

 

Seule la dernière partie de l’opérette , celle des années 30 montre une grande nostalgie, illustrée par un autre air « Te souviens-t-il… des jours heureux ». La situation de 1936 l’inspire peut-être. La France a été moins touchée que les autres puissances industrielles au début de la crise de 1929, alors que depuis 1933, les autres puissances en sortent progressivement, comme les Etats Unis avec le New Deal,  notre pays s’enlise jusqu’en 1938 dans les difficultés car il ajoute une couche politique aux problèmes économiques :

--- paralysie de la troisième république incapable de réagir

--- affrontements internes à partir de 1934  et de la fameuse manifestation du 6 février

--- scandales financiers avec l’affaire Stavisky

--- Le front populaire dont les solutions enfoncent un peu plus la situation économique

Ce comportement de la France qui résiste bien au début des crises économiques et ensuite les prolonge quand tous les autres pays ont redémarré s’est aussi produit lors de la célèbre crise de 1846 à 1848 qui a continué avec la révolution de 1848 puis jusqu’à la fin de la Seconde République soit en 1851… C’est toujours au moment des grosses difficultés que la France  tente les mesures sociales hardies dans une conjoncture économique à contresens en 1848 comme  en 1936 !

Cette particularité semble se reproduire avec la crise actuelle, moins brutale chez nous au début. Ne pas pavoiser, et espérer   que le génie destructeur de notre pays ne  trouvera rien pour la poursuivre !

 

Gérard Staron

Partager cet article
Repost0
24 février 2009 2 24 /02 /février /2009 18:48


                                   « Dans la vie faut pas s’en faire »

 l’air dans lequel je vous propose de m’entendre aujourd’hui est un extrait de l’opérette « Dédé » (probablement 1907).  Ecrite par Albert Willemetz, composée par Henri Christiné, musicien genevois naturalisé français, cette partition  a été rendue célèbre un peu plus tard par l’interprétation de Maurice Chevalier.

 


Les lyrics sont très révélateurs du problème que la France a souvent avec le travail, avec l’attitude d’un personnage, habitué à bien vivre, à dépenser sans compter, mais qu’il serait indécent de faire travailler, « prendre un métier » « pour prendre le pain d’un ouvrier ». Cette jeunesse dorée a inspiré de nombreux personnages d’opérette de Jacques Offenbach  à Reynaldo Hahn, rarement avec un tel cynisme.

L’histoire sociale montre que notre pays a été en avance par rapport aux grandes puissances de l’époque pour l’établissement du droit de grève, en 1864 sous Napoléon III , contre 1866 en Belgique, 1869 en Allemagne  et 1875 au Royaume Uni. Notre pays a toujours été en pointe pour la diminution de la durée du travail. Par trois fois au moins, la Loi a voté des baisses du temps de travail sur lesquelles il a fallu revenir ensuite car elles étaient prématurées par rapport aux conditions économiques.

Ce fût le cas :

n      en 1848 pour la journée de 10 heures à Paris et de 11 heures en province

n       en 1936 pour la durée hebdomadaire de 40 heures sur laquelle le gouvernement Daladier est revenu en 1938 pour faire redémarrer les industries d’armement avant la Seconde Guerre mondiale, durée  qui a été seulement atteinte dans les années soixante-dix.

n      iL en a été de même récemment pour les fameuses 35 heures !

 

Par contre notre pays a été très en retard par rapport à ses principaux concurrents pour la protection du monde ouvrier contre l’accident, la maladie ou la vieillesse et même la liberté syndicale

-          Pour la protection contre les accidents du travail, la législation date de 1884 en Allemagne, 1897 au Royaume Uni et 1898 en France

-           Pour l’assurance maladie l’écart est encore plus grand, 1883 en Allemagne, 1911 en Grande Bretagne et 1930 en France avec les Caisses ouvrières et paysannes ancêtres de la sécurité sociale.

-           Pour la retraite, l’Allemagne arrive encore en tête avec 1889 devant le Royaume Uni 1906 et la France 1919.

Dire qu’en France l’Allemagne était considérée à cette époque comme un pays en retard au niveau social!

La source est indubitable, quelques bons manuels de première de l’enseignement de l’Histoire en France, programmes récents.

Sans commentaire!


Gérard Staron

Partager cet article
Repost0
17 février 2009 2 17 /02 /février /2009 19:07

« La ronde des journaux »

est une chanson de H. Mille pour les paroles et d’Alfred Vieillot pour la musique qui a été construite autour des noms des différents journaux existants à Paris à la fin du XIXème siècle !


Avez-vous cherché à les compter, sur l’ensemble des couplets? On dénombre  57 titres, Combien en avez-vous reconnus sur ceux que j’ai chantés?  Si vous connaissez la presse de l’époque vous auriez pu en détecter 47 dont les noms ont été glissés, même camouflés  au milieu de phrases.

 

Comme souvent  les vieilles partitions ne sont pas datées,  il y a trois repères pour la situer entre 1881 et 1900.

--- La Loi du 29 juillet 1881 dite de la liberté de la Presse fixe un régime libéral et limite les poursuites judiciaires dans les domaines de l’imprimerie et de l’affichage.

--- Les vingt dernières années du siècle permettent la multiplication des journaux. Ils passent à Paris de 40 en 1874 à 64 en 1892. En province, la même progression est visible. Le nombre d’exemplaires vendus explose , de 1,9 millions en 1880, on passe à 4,9 en 1910 .

--- le dernier couplet évoque la préoccupation patriotique de l’époque. Le désir de revanche pour reprendre l’Alsace Lorraine annexée par l’Allemagne après la guerre calamiteuse de 1870 est une idée forte de la vie politique et de l’opinion publique de l’époque. La mention « qu’avant le siècle, il sont revenus à la France » place la chanson avant 1900

 

Peu de journaux manquent dans cette liste. L’"Aurore" n’est pas mentionné, pourtant connu  par la lettre d’Emile Zola en 1898 à propos de l’Affaire Dreyfus. Il en est de même du Pilori et du Don Quichotte.

Très peu aussi continuent aujourd’hui à publier. Deux titres attirent l’attention par leur durée plus que séculaire : « le Figaro » crée en 1854 au début du second Empire par Villemessant, « La Croix », journal catholique née en 1883 de l’initiative  des Pères Picard et Bailly. Jusqu’à une période récente on peut mentionner « La Marseillaise ».

Les numéros de certains font aujourd’hui l’objet  de collection comme « L’illustration».

La plupart de ces titres, journaux d’opinion représentent les différents partis de l’époque « Le Radical », le « Parti national » de tendance républicaine à l’époque,  le Charivari. Ceci permet de constater les décalages politiques entre la fin du XIXème et aujourd’hui.

La plus grande partie de ces journaux a disparu aujourd’hui. La presse actuelle est l’héritière de la Libération. En 1944, les journaux issus de la résistance ont remplacé en grande partie ceux de la Troisième République. Par ailleurs, depuis, la presse d’opinion a les plus grandes difficultés économiques et ses titres ont disparu peu à peu.

Les Français étaient déjà à cette époque sceptiques  face à leurs médias, seul la presse existait alors, pas de radio, ni de télé, ni d'Internet!

Gérard Staron

Partager cet article
Repost0
9 février 2009 1 09 /02 /février /2009 15:47

Bon anniversaire avec     

                                                      Mam'zelle Nitouche

Ce blog a un an aujourd'hui.....
L’occasion de saluer tous ceux qui sont venus lire tel ou tel de ses articles. Les quelques dizaines de visiteurs du premier mois se sont changés en dizaines de milliers !
Vous y trouvez :
mes publications de la période du temps de ma thèse "L'hiver dans le Massif central" soutenue en 1986 et publiée en 1993, rééditée depuis je ne sais combien de fois au seul profit de l'Université de Saint Etienne avec les liens réguliers, avec les sites correspondants
mes chroniques sur Radio Espérance qui se poursuivent sans interruption depuis 1993, 
l'annonce des articles du Magazine "La Loire et ses terroirs"
mes prévisions depuis 2006 sur zoom 42.fr
mes observations dans le cadre de l'association des météorologistes d'entre Rhône et Loire, et celles de Montregard (43)
Que tous ceux qui me permettent d'alimenter ce blog soient remerciés en particulier Claude, capteur du ciel...Les communautés qui m'ont invité à les rejoindre...Tous ceux  ou celles  qui se sont signalés par un commentaire...

 Tout anniversaire vaut une surprise, je vous propose de m'entendre dans un extrait  de l'opérette "Mam'zelle Nitouche " composée par Hervé en 1883.  Vous vous en doutez, "je suis de Saint Etienne Loire" comme le valet qui vient faire une période militaire dans l'opérette "un 28 jours". Comme lui ma famille était à cette époque dans la passementerie, spécialité textile stéphanoise de fabrique de rubans.



Pourquoi Hervé, dans le civil Florimond Ronger (1825-1892), a-t-il choisi de faire intervenir Saint Etienne dans son opérette phare, crée à la fin de sa carrière ?
Né dans le Pas de Calais, il mène une vie bien parisienne, organiste à Saint Eustache, par ailleurs compositeur de musique légère comme le personnage au double nom  de Floridor" et "Célestin" dans  l'opérette.
Saint-Etienne peut prétendre encore au titre de premier centre industriel français après une période de croissance très forte de quarante ans qui a permis le doublement de la population de la ville qui atteint plus de 130000 habitants.
Hervé a ciblé dans son air deux spécialités de l'industrie stéphanoise, les rubans et les armes. Le ruban connait un très grand essor avec le métier Jacquard dont plus de 9000 auraient existé en 1855 sur la ville. Les armes se développent aussi avec la manufacture d'état, mais aussi beaucoup d'armuriers indépendants. Voir le musée d'art et d'industries de la ville, il s'agit de ses principales collections avec le cycle un peu plus tardif...
Pourtant vers 1880, la crise commence. Saint Etienne n'est plus le principal bassin charbonnier devancé par le Nord depuis 1860, La sidérurgie Lorraine prend la première place avec l'utilisation du procédé Thomas. Même la passementerie et l'armurerie souffrent. Seule la quincaillerie connait un essor.
Cet air arrive presque un peu tard pour représenter la puissance industrielle stéphanoise.

Gérard Staron

P.S. la tempête annoncée pour cette nuit ne devrait pas trop affecter nos départements, à l'exception des marges septentrionales Roannais et Combrailles, de façon atténuée!
Partager cet article
Repost0
5 février 2009 4 05 /02 /février /2009 15:46

                                                             
                                                     La vie moderne   

Pour vous distraire de la climatologie, je vous propose de tester une spécialité de  la maison depuis plusieurs générations le chant.

Je vous propose de m’entendre dans  « la vie moderne » parole de Jean Daris, musiques de A.D. Gauwin et Daris, datant des premières années du XXème siècle. En espérant que vous pourrez ouvrir l’essai d’enregistrement.

 



Je n’ai jamais pu dater précisément cette partition qui me vient de mon père, mais il y a dans le texte quelques repères historiques intéressants :

  D’abord elle relate les débuts de la seconde révolution industrielle avec l’électricité, les premiers autobus et avions à une époque où ces inventions ne sont guère fiables. Nous sommes en pleine « belle époque », les années 1900. Le mot autobus crée à partir de auto et omnibus  semble utilisé pour la première fois en 1907. Paris dispose la même année d’un premier réseau électrique.  La mention au couplet 3, d’un aéroplane dans une situation peu confortable sur le toit d’une maison  qu’il ne semble pas détruire, d’un carburant démodé «  le pétrole rectifié »,  nous ramène aux balbutiements de l’aviation.

Ensuite le lien avec le patriotisme « Espèce d’abruti, tu dois donner ton sang pour le pays » place la chanson avant la guerre de 1914 dans la période de tension revancharde avec l’Allemagne. Après le ton aurait été différent.

  Enfin « la grève générale de par la CGT » permet aussi une datation. La CGT, après des prémices dans les dernières années du XIXème, prend forme au congrès de Montpellier en 1902. Elle rallie la seconde internationale ouvrière en 1906 au congrès d’Amiens. Il s’en suit un durcissement et une série de grèves très dures de 1906 à 1909, en particulier dans les mines et les chemins de fers (déjà). Le ministère Clemenceau, pourtant radical socialiste, devra  réquisitionner les grévistes et mon père m’a signalé que la troupe campait sur la place de l’Hôtel de ville de Saint Etienne pendant la grève des mineurs.

  Le dernier couplet permet aussi de constater que Neuilly avait déjà à cette époque un rôle important en France, au moins au niveau des fêtes foraines. Une chanson visionnaire !..

 

Gérard Staron

Partager cet article
Repost0

Presentation

  • : Le blog de Gérard Staron Président de l'AMRL
  • : Le journal du climat et de la géographie libres. Actualité climatique Climat et société, impact du climat sur les activités humaines . Prévisions sur 4 jours
  • Contact

Rechercher

Archives

Articles Récents

  • Prévision Spéciale Tour de France 2022 (1er au 3 juillet au Danemark)
    Prévision spéciale Tour de France 2022 Etapes du Danemark (1er au 3 juillet 2022) 1er Juillet : étape contre la montre à Copenhague Une perturbation arrive de la Mer du Nord et traverse le Danemark à partir de la mi-journée. Il existe donc un risque de...
  • Record de froid ou fraicheur (au choix) en avril sur la région Stéphanoise
    Depuis 2006, soit 16 ans , jamais un mois d'avril n'avait connu des températures aussi basses autant à Saint Etienne (alt 500m ) qu'à Montregard (alt 990 m) en Haute Loire aux confins des monts du Vivarais et du plateau de Montfaucon . Voici le bilan...
  • Covid : divorce entre discours et statistiques !
    Covid 19 : divorce entre discours et statistiques ! Que n’entend-t-on pas sur la façon dont la France a géré la crise du Coronavirus, on est en retard sur tout, le scandale est partout, on est mauvais sur tout, je vous fais grâce de tous les discours...
  • crues océaniques en cours ( situation 1/02/2021 et évolution probable )
    Des crues des rivières océaniques forment actuellement un puzzle aux 4 coins de notre pays Dans les hauts de France deux zones sont à surveiller : 1) les rivières descendant des collines de l'Artois semblent avoir connu leur maximums La Lys a atteint...
  • les particularités de l'élection américaines de 2020!
    Les particularités de l’élection de 2020 aux Etats Unis ! Un documentaire télévisé titrait « Donald trump est-il capable du pire ? » En réalité il a toujours « joué avec le pire » cela lui a permis de gagner dans beaucoup de circonstances comme homme...
  • L'opérette .... une idée d'étrennes
    Le livre "L'opérette parfum de l'histoire" présenté sur la revue Opéra Magazine ......
  • Prévision du 2 au 5 décembre 2020 : hivernal
    Prévision de Gérard Staron du 2 au 5 décembre 2020 (42, 43, 63, 69) Avec une descente froide en provenance des régions arctiques sur le proche Atlantique, l’hiver est arrivé avec le mois de décembre, son début officiel pour la Météorologie C’est le retour...
  • Cultes, covid et confinement: analyse historique !
    Cultes, covid, et confinement : analyse historique L’année 2020 aura vu à deux reprises l’interdiction des cérémonies religieuses et plusieurs dimanches, des croyants en prière devant leurs églises ! Jusqu’à quand faut-il remonter pour trouver pareil...
  • Prévision du 24 au 28 novembre 2020: les hautes pressions résistent
    Prévision de Gérard Staron du 25 au 28 novembre 2020 ( 42, 43, 63, 69) L’anticyclone se retire derrière les Alpes pour repousser les assauts des précipitations qui remontent du Levant Espagnol qui au maximum atteindront le Mézenc et des perturbations...

Mes ouvrages

                                                                noel boules noel boules 4 gif                                                              noel boules noel boules 4 gif                                                                                                                                                                                                    noel boules noel boules 4 gif

Mon Site

                                                                                                                        Site

Articles sur Le progrès

Phénomènes météo exceptionnels de 1945 à nos jours (2013)

Quel drôle de temps

La Loire p 78, 79

Le Gier p 80

La fureur du Furan p 81

Climat de la Loire: Effet de couloir p 194

Climat de la Haute-Loire:

Le coeur  du Massif Central  p 195